CFDT EMPLOI

Avis CFDT Orientations Stratégiques Pole Emploi 2018

31 Oct 2017

Le 30 octobre se tenait le CCE Pole Emploi sur la consultation sur les orientations stratégiques 2018: le Directeur Général  a expliqué aux élus sa vision de la poursuite et la continuite des orientations prévues par le projet Pole Emploi 2020 et notamment sur la dématéralisation et le numérique, la  mise en oeuvre du Conseil en Evolution Professionnelle pour les demandeurs d'emploi, le développement de l'approche par compétences, la préparation du futur nouveau plan de formation gouvernemental (Plan d'Investissement par les Compétences), une plus grande orientation des équipes entreprise sur les TPE/PME, la poursuite des tests sur l'Agence de Demain...

 

Pour les élus CFDT au CCE, nous ne pouvons toutefois ignorer que ces orientations s’intègrent dans un contexte très particulier :
- un budget 2018 contraint qui aura des conséquences sur les ressources internes,
- des débats à venir dans les prochaines semaines sur l’assurance chômage et la formation professionnelle.

Cette consultation doit certes nous informer sur la vision de la direction de son projet stratégique mais surtout devrait permettre de mesurer son impact sur l’activité, l’emploi, l’organisation du travail et le recours à la sous-traitance.

 

A ce jour, 30 octobre 2017, il apparait à peu près certain que Pole Emploi perdra 297 Equivalent Temps Plein sur l’exercice 2018.
Nous savons aussi que des arbitrages sont en cours actuellement sur la question des 2000 Contrats Aidés qui contribuaient en 2017 à l’activité de Pole Emploi. Une grande partie d’entre eux, voire la totalité, risquent disparaitre en 2018. Or rappelons qu’une partie d’entre eux contribuaient souvent quotidiennement aux activités d’accueil dans les agences.


Enfin le document présenté ne parle pas du projet gouvernemental de renforcer les équipes de contrôles de recherche d’emploi en multipliant par 5 le nombre d’agents dédiés à cette activité. En conséquence il ne parle pas de savoir si ce serait à iso effectif ni des modalités d’organisation (plateforme ou agence par exemple)
Les élus CFDT au CCE réitèrent, plus que jamais, que la création annoncée des 800 postes sur le contrôle ne peut se faire en retirant les ressources d’accompagnement et d’indemnisation et qu’elle nécessitera donc une dotation supplémentaire si cette réforme est confirmée.

Derrière ces préoccupations c’est la question de l’adéquation charges/ressources qui se pose.


De même la CFDT ne partage pas l'optimisme de la direction sur la réduction de la charge sur l’activité indemnisation et sur la trajectoire GDD : l’impact des dysfonctionnements des sous traitants sur les attestations employeur, la charge de travail constante qui continue de nous être remontée et l’évolution attendue de l’augmentation du nombre d’ayants droit avec la reforme de l’assurance chômage nous amènent à conclure à un besoin constant des ressources indemnisation.

 

L’absence d’engagements clairs dans les orientations de la formation sur le maintien et le développement de l’expertise indemnisation est également une alerte que la CFDT fait dans cette consultation.
Autant de paramètres qui auront des conséquences sur l’organisation du travail en 2018 et sur lesquels la Direction ne nous apporte peu d’éléments de réponses lors de la séance du CCE du 30 octobre.


Comme nous l’avions déjà demandé les années passées, Il faut que la consultation sur les orientations stratégiques permettent d’avoir une vision plus précise de l’impact évident sur l’évolution des emplois et donc sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences, ainsi que sur le recours à la sous-traitance.
Nous demandons donc que les éléments prospectifs sur les orientations de GPEC soient intégrés au plus tôt dans la BDES en conformité avec l’objet de cette base de données.
Par ailleurs, plusieurs expérimentations sont en cours et vont amener à une transformation de nos activités : la mise en place de portefeuilles indemnisation, la refonte des portefeuilles suivi/guidé/renforcé…


Il est difficile pour les élus CFDT au CCE d’appréhender ces orientations stratégiques sans connaitre les conclusions de certaines expérimentations annoncées pour 2018.
Les logiques algorithmiques uniquement centrées sur les outils numériques ont toutes montré leur inefficacité.
Enfin le fort développement de l’offre de service numérique ne pourra passer en 2018 que par une meilleure analyse de l’impact sur les activités. Les élus CFDT au CCE vous alertent sur les niveaux de maitrise disparates autour des nouveaux outils numériques et sur la nécessité d’accompagner le personnel sur les impacts métiers.

 

Pour la CFDT, cette transformation du travail par le numérique ne peut pas avoir pour conséquence de retirer la place de l’expertise des salariés dans notre offre de service.
La valorisation et le développement des expertises sont en effet la base de notre action syndicale dans le cadre des négociations GPEC et classifications.

 

La mobilisation de l’accord QVT autour de la lutte contre la fracture numérique constituera une priorité absolue pour les élus CFDT en 2018!
Cela nécessitera notamment une mobilisation et une connaissance plus importante des ambassadeurs du digital comme cela a commencé à être inscrit dans ce même accord QVT.

 

Pour l’ensemble de ces raisons, les élus CFDT au CCE ont décidé de s’abstenir

sur les orientations stratégiques 2018.


=> A lire: Compte Rendu CFDT du CCE du 30 octobre 2017
 

 

 


 

 

 

Please reload

Please reload