CFDT EMPLOI

Négociation QVT : ce que défend la CFDT

15 Feb 2017

La négociation de l’accord Qualité de Vie au Travail a débuté en janvier 2017 et va se poursuivre jusqu’en mars. Au fil des différentes séances de négociation, la CFDT fait de nombreuses propositions et défend ses positions face à la Direction pour faire progresser concrètement les droits des salariés.

 

 

 

Le télétravail : un enjeu fort pour aujourd’hui et pour demain

 

La réorganisation des régions, la modification de nos modes de vie, la difficulté à se loger dans les grandes agglomérations ont un impact fort sur nos temps de trajets quotidiens et donc sur nos possibilités de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Le télétravail constitue un premier élément de réponse à ces nouvelles contraintes. Suite à une expérimentation concluante sur la question, Pôle emploi souhaite déployer largement le dispositif que la CFDT a toujours porté. Il s’agit pour nous d’une véritable avancée pour les salariés. Nous avons fait de nombreuses propositions afin d’encadrer au mieux le télétravail, de le rendre viable de manière durable et de l’ouvrir au plus grand nombre.

 

 

 

Aménagement horaire pour les séniors, lutte contre le nomadisme, prise en compte de la pénibilité de l’accueil : améliorer le quotidien de toutes et tous.

 

L’accord QVT est aussi l’occasion de penser des dispositifs permettant d’améliorer le quotidien au travail de tous les salariés : un accord sénior permettant de travailler 4 jours au lieu de 5 sans perte de salaire pour les plus de 57 ans, des règles claires permettant de limiter le nombre de jour d’accueil sur flux par semaine ou à défaut une compensation en récupération horaire, des propositions sur l’aménagement des bureaux, l’ergonomie des postes de travail et la lutte contre le nomadisme…voici autant de revendications portées par la CFDT dans ces négociations. 

 

 

Transition numérique : accompagner les agents et créer de nouvelles opportunités pour la qualité de vie au travail, 2 axes indissociables pour la CFDT

 

Le numérique est un sujet central de cet accord QVT : des nouveaux outils collaboratifs à l’accompagnement des agents dans la transition numérique, c’est un enjeu majeur pour la CFDT qui a fait des propositions d’écriture d’un chapitre entier sur le sujet. L’objectif pour la CFDT est non seulement de répondre aux besoins de formation et d’accompagnement des agents sur les nouveaux outils, mais aussi de faire du numérique une opportunité pour améliorer notre quotidien au travail, notamment pour les thématiques RH (facilitation des contacts avec les RH, simplification sur la gestion administrative et paie...)

 

Concernant l’accompagnement des agents sur les outils, la CFDT demande la mise en place de vraies formations pratiques ainsi que la reconnaissance du rôle des relais numériques sur les agences. Ils doivent disposer de temps planifiés dédiés à cette activité et voir leurs compétences reconnues, notamment par le biais du référentiel métiers !

 

L’ergonomie des applicatifs informatiques (mail.net…) doit également pouvoir être évaluée et travaillée avec les salariés concernés avant et APRES leur déploiement pour éviter de trop nombreux dysfonctionnements et faciliter leur utilisation au quotidien.

 

 

Lutter contre les discriminations et le sexisme ordinaire : le combat de la CFDT

 

Le sexisme ordinaire, sous couvert de plaisanteries et de propos ou comportements souvent considérés comme anodins, est très présent dans le milieu du travail et constitue un important facteur de discrimination. Pôle emploi n’échappe pas à la règle et se doit de condamner toute forme de propos ou attitudes fondés sur des stéréotypes et des préjugés. Ces comportements mènent à la dévalorisation, la stigmatisation ou l’exclusion de certain-e-s.  Ils sont la première marche vers des violences plus graves comme le harcèlement moral ou sexuel. La CFDT entend bien continuer de peser dans ce combat au sein des négociations sur la QVT.

 

 

 

Le droit à la déconnexion : une nécessaire mise en œuvre.

 

Le numérique présente des opportunités mais fait aussi apparaitre des contraintes et des risques nouveaux. La législation met en place un droit à la déconnexion qu’il est nécessaire de mettre en œuvre dans la pratique. La CFDT a fait de nombreuses propositions sur le sujet, au-delà de la seule coupure de la messagerie, à laquelle la DG semble finalement renoncer !

 

Penser le droit à la déconnexion c’est aussi penser et planifier les nouvelles tâches liées aux outils numériques, pour éviter qu’elles ne soient réalisées sur les temps de repos. La CFDT a notamment demandé la mise en place d’une plage dédiée au traitement des mails et attentes en souffrance sur la première demi-journée des agents revenant d’une absence supérieure ou égale à 5 jours.

 

 

Espace d’expression sur le travail, évaluation de la charge de travail : des perspectives nouvelles pour améliorer l’organisation et les conditions de travail

 

Pouvoir s’exprimer librement sur le travail, l’organisation et ses contraintes, discuter des objectifs fixés dans chaque agence ou service, mieux évaluer la charge de travail en tenant compte du ressenti des agents et de la réalité de l’activité : les revendications de la CFDT mettent les agents au cœur de la construction d’une organisation du travail plus efficace et porteuse de respect pour chacun-e-s.

 

 

 

Please reload

Please reload