CFDT EMPLOI

NON A LA GREVE DU 06 MARS

25 Jan 2017

Le 06 mars prochain, quatre Organisations Syndicales (CGT, FO, SNU-FSU, SUD) ont décidé de lancer un mouvement de grève à Pole Emploi : certes le droit de grève est un droit inaliénable des salariés… mais encore faut-il en user à bon escient et en mesurer les conséquences !

 

La CFDT, 1ere Organisation Syndicale à Pôle emploi, n’appelle pas à y participer pour trois raisons:

 

  • Un appel prématuré !

La réalité quotidienne au travail est difficile et les plans incessants qui s’enchaînent depuis la fusion « donnent le tournis ». L’irruption du numérique ces derniers mois suscite, légitimement, des inquiétudes face à l’avenir. 

 

Nous l’affirmons avec force : Pôle emploi, pour exercer toutes ses missions, a besoin de TOUS ses métiers (accompagner les demandeurs d’emploi et les entreprises, indemniser, orienter). Tous les métiers du réseau et de l’appui font preuve chaque jour de leur utilité et de leur professionnalisme dans Pôle emploi.

 

 

La CFDT ne lâchera rien ! Ainsi nous dénonçons jour après jour, les orientations de la direction quand elles s’adossent à des gains de productivité supposés et fumeux.

La CFDT n’a pas attendu le mois de mars pour s’y attaquer !

 

Les CE d’informations consultation sur la TRAJECTOIRE GDD se déroulent dès la fin janvier. C’est la traduction concrète d’un point dur que la CFDT a inscrit dans l’accord GPEC : les transitions professionnelles se feront SUR LA BASE DU VOLONTARIAT UNIQUEMENT SUR LA BASE DE LA RÉALITÉ EFFECTIVE DES GAINS DE PRODUCTIVITÉ AGENCE PAR AGENCE.

 

C’est une revendication forte et permanente de la CFDT depuis des mois !

 

 

 

  • Un appel peu honnête !

Les syndicats qui appellent à la grève dénoncent la soi-disant casse de nos garanties sociales avec la classification : c’est le syndrome du pompier pyromane ! Qui est responsable du fait que 9 ans après la création de Pôle Emploi, les garanties sociales ne sont toujours pas adaptées aux réalités de chacun ?

 

Ces syndicats combattent l’accord GPEC qui serait responsable des réorganisations engagées par la direction générale : belle entourloupe ! Sans accord, l’employeur aurait de toute façon déployé son projet mais sans aucune garantie ni contrôle social. C’est cet accord qui acte la place centrale du volontariat et l’absence de réduction des effectifs! L’accord n’accompagne pas la politique de l’employeur mais les salariés qui, sans lui, n’auraient aucune protection face aux évolutions qui impactent l’ensemble des services publics.

 

  • Un appel contreproductif dans la PERIODE !

Construire une grève sur des mots d’ordre fourre-tout qui opposent les organisations syndicales les unes aux autres c’est se condamner à échouer. Les seules grèves qui ont mobilisé massivement dans Pôle emploi rassemblaient toutes les organisations syndicales.

 

A demander tout et son contraire, on est au moins certain de ne rien obtenir !

 

Quid de la reconnaissance des efforts fournis par l’ensemble du personnel ?…Quasi absente de cet appel du 06 mars tout comme celle de la reconnaissance des métiers de Pôle Emploi.

L’unité syndicale serait pourtant utile dans la période. Même si ce mouvement fait flop, il pourrait  provoquer l’inverse de ce qu’il prétend combattre : le danger que des politiques s’en servent pour dénoncer un Pôle emploi qui ne fonctionne pas afin de prôner sa régionalisation (ou sa disparition) existe bel et bien.

 

Non à un mouvement confus, gardons nos forces pour des revendications concrètes et réelles pour tous, gardons nos forces pour demain lorsque des enjeux forts le nécessiteront pour la sécurisation de nos emplois!

 

 

Please reload

Please reload