CFDT EMPLOI

GPEC : un accord qui protège et accompagne les agents face aux évolutions des métiers à Pôle emploi

24 Nov 2016

 

La CFDT emploi a choisi de signer l’accord Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) négocié entre les organisations syndicales et  la direction.

Contrairement à l’idée répandue par certains, ce n’est pas la GPEC qui génère les transitions professionnelles, en particulier pour les agents GDD : cet accord GPEC a pour vocation à donner un cadre juridique pour l’accompagnement des transitions professionnelles EN COURS ou à venir au sein de Pôle emploi. Il vise aussi à sécuriser les effectifs d’aujourd’hui face aux évolutions de demain.

 

 

Des transitions professionnelles accompagnées, choisies et valorisées :

 

  • La CFDT a obtenu que les transitions professionnelles qui découlent du plan stratégique se fassent uniquement sur la base du VOLONTARIAT, revendication majeure au regard de ce que nous pouvons constater depuis la mise en place de la Trajectoire GDD dans toutes les régions. Nous avons obtenu la possibilité d’une démarche en 2 phases : avec l’ELD puis avec le service RH pour garantir le volontariat, y compris en cas de différend entre l’agent et l’ELD. La CFDT refuse et refusera de laisser la direction imposer un changement de métier aux agents

 

  • La CFDT a obtenu qu’un parcours de formation personnalisé, adapté et prioritaire soit mis en place pour les agents qui s’engagent dans ces transitions. Des périodes d’immersions sont également prévues afin de permettre aux agents d’être complètement maître de leur choix ; l’accord permet par ailleurs de pouvoir se rétracter après l’immersion. Pour la CFDT, la direction ne pouvait se dispenser d’un accompagnement réel et soutenu des évolutions professionnelles qu’elle souhaitait introduire.

 

  • Une place importante est également faite au tutorat qui est enfin labélisé et encadré comme le demande la CFDT depuis de nombreuses années. L’accord  acte  que cette activité de tuteur constitue une acquisition de compétences qui DOIT être intégrée dans le déroulement de carrière.. 

 

  • L’accord prévoit également pour tous les agents s’engageant dans cette démarche, en plus d’une prime de 1400 euros, une garantie d’augmentation de salaire correspondant à 10 points de coefficient. Pour la CFDT, ces transitions professionnelles devaient également permettre une évolution salariale et ne pas constituer une stagnation ou une régression dans la carrière des agents qui les choisiraient.

 

Un accompagnement spécifique pour les régions regroupées :

  • Face aux changement induits par le regroupement des régions, la CFDT s’est attachée à construire des sécurités pour les agents des fonctions support : ils bénéficieront d’un véritable accompagnement (entretien carrière, immersion, parcours de formation spécifique..) lorsqu’ils s’engageront dans une transition professionnelle.

 

  • La CFDT a écrit un article pour que ces agents bénéficient des dispositions spécifiques de la Convention Collective concernant notamment le logement ou les mesures d’accompagnement de la mobilité sans déménagement, sans avoir à justifier de 3 ans d’ancienneté, en cas de mobilité géographique. La mobilité géographique doit de plus faire l’objet de l’accord des deux parties !

 

 

 

Un accord qui protège, encadre mais ne cautionne rien !

 

La CFDT NE PARTAGE PAS l’ensemble du diagnostic posé par la direction en particulier concernant les gains de productivité sur l’activité gestion des droits, qui ne sont à ce stade que des suppositions. Notons d’ailleurs que l’accord ne fixe AUCUN objectif sur le nombre de transitions à effectuer en lien avec ces gains de productivité.

 

  • La CFDT a obtenu la possibilité de maintenir la bi-compétence dans certaines agences. Tous les agents bi-compétents, qu’ils se spécialisent vers l’une ou l’autre de leurs activités ou qu’ils conservent leur bi-compétence, bénéficient d’une prime de 700 euros.

 

  • La CFDT a réaffirmé sa volonté de préserver et valoriser l’activité gestion des droits : nous avons obtenu que la brique complémentaire GDD soit conservée dans la fiche métier « conseiller à l’emploi ». La double compétence emploi/indemnisation restera donc possible dans certaines situations.

 

  •  La CFDT a obtenu que tous les CE soient informés et consultés du résultat des travaux préparatoires à la GPEC, avant toute mise en œuvre des dispositions relatives aux transitions professionnelles.

 

  • Dans le cadre de cet accord, les élus CFDT pourront enfin confronter les résultats obtenus par la direction concernant les projections d’emploi sur les différentes activités, aux réalités du terrain. Ce point permettra aux représentants du personnel de contrôler le processus, d’intervenir en cas d’éventuelles difficultés, et de s’assurer que le volontariat soit systématiquement respecté.

 

La CFDT se refuse à attiser les peurs et veut  construire des sécurités opposables pour les agents, sans dogmatisme et avec réalisme.

 

 

 

 

Pour toutes ces raisons la CFDT emploi a décidé de signer un accord qui protège les salariés, garantit un respect de leurs choix, sécurise les parcours professionnels et rend les agents acteurs faces aux changements voulus par la direction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Please reload