CFDT EMPLOI

Référentiel métiers : encore un pas en arrière !

21 Sep 2016

 

Jugement : le mercredi 20 septembre a marqué une nouvelle date dans la laborieuse et tourmentée construction sociale de Pôle Emploi : un jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris a statué sur l’impossibilité de procéder au rattachement des salariés au référentiel des métiers de 2013.

Encore une fois le FRONT du NON (FO/CGT/SNU-FSU) se félicite de cette situation ubuesque...

 

Qu'en est-il réellement ?

Si le juge suspend le rattachement au référentiel des métiers, il ne le remet pas en cause mais le suspend en attendant une nouvelle classification.

 

Une victoire pour les salariés ?

A cet instant, une seule chose est certaine : personne ne gagne rien à cette situation pour son déroulement de carrière, quelle que soit sa fonction dans l’établissement.

Et que dire des agents systématiquement oubliés : ceux qui ont été embauchés après la fusion sur une grille de classification où leurs métiers n'existent pas ; ceux qui voient leur carrière stagner aux coefficients les plus bas…

 

Par contre de multiples questions se posent :

  • Sans identification au référentiel des métiers on voit mal l'issue des négociations sur le déroulement de carrière de chacun. Comment se projeter dans un avenir professionnel avec des métiers désincarnés ?

  • Certes, certains rattachements ont été mal faits, des salariés se sont sentis légitimement floués, les équipes CFDT se sont mobilisées pour réparer ces injustices. Mais n’est-ce pas la majorité des salariés qui se retrouve privée de son identité professionnelle ?...

  • La Direction va -t-elle continuer de diffuser des postes liés à ce référentiel dans la BDE ? Va -t-elle continuer de recruter ? Les formations liées aux emplois réels de chacun vont-elles s’arrêter ?

 

 

Deux ans après le refus de la classification par le FRONT du NON… rien n’a changé pour personne. A l’heure où  Pole Emploi est critiqué de toute part en tant qu’établissement national 8 ans après sa création, sa difficulté à se projeter vers un avenir commun le fragilise un peu plus.

Please reload

Please reload